Pourquoi "la journée du non-héros"?




Cela fait environ deux mille sept cents ans que la culture humaine sillonne le récit du monomythe, ou “le voyage du héros”. Depuis vingt-sept siècles, nous avons découvert l'Iliade et l'Odyssée, les noms d'Achille, d'Ulysse, de Télémaque, de Paris et d'Hector - parmi tant d'autres - qui s'inscrivirent dans notre vocabulaire (qui n'a jamais découvert le «talon d'Achille» de quelqu'un ou de quelque chose? ).

Depuis que le premier jeune garçon a reçu le premier appel mystique, nous sommes devenus témoins d'une infinité de héros qui ont quitté leur maison, trouvé un mentor, éveillé en eux un pouvoir exceptionnel, fait face à de nombreux dangers, sont tombés, se sont relevés, ont vaincus leurs ennemis pour finalement revenir chez eux victorieux au regard des siens, désormais reconnus dans toute leur splendeur de héros (ouf!); depuis lors, ce cycle s'est perpétué dans tous les arts.

C'est en 1949 que Joseph Campbell a créé l'expression «le voyage du héros» ou monomythe. À l'époque moderne, cette structure narrative est aussi omniprésente que si elle venait d